Une stratégie de logement abordable espère ramener les Mi’kmaq chez eux

par | Fév 23, 2022 | Autochtone

Les communautés autochtones du Canada sont souvent confrontées à de graves pénuries de logements, et les Mi’kmaq de Terre-Neuve n’y font pas exception. La Flat Bay Band’s No’kmaw Village Tenants Strategy aide les personnes ayant une expérience vécue concevoir un plan stratégique afin de permettre à davantage de Mi’kmaq de rentrer chez eux.

Trouver un logement abordable et adapté à sa culture est une tâche difficile partout au pays. Dans la province la plus à l’est du Canada, où vivent environ 60 000 Mi’kmaq, nombreuses personnes quittent leurs communautés à la recherche d’emplois, de services et de commodités que l’on trouve facilement dans les centres urbains.

« De nombreux Mi’kmaq sont en difficulté et risquent de se retrouver sans abri », explique Liz LaSaga, directrice générale et gestionnaire de bande du No’kmaw Village, une communauté autochtone autonome située sur la côte ouest de Terre-Neuve, exploitée par la Flat Bay Band Inc.

« [Disons] qu’un.e membre de Flat Bay vit à St. John’s et que son loyer est six fois plus élevé qu’ici. Il ou elle pourrait envisager de rentrer dans sa communauté rurale. »

Le défi, cependant, est que l’offre de logements communautaires dans les régions rurales de Terre-Neuve est faible, et que très peu de logements sont disponibles en dehors de l’offre de la société provinciale de logement. LaSaga, qui travaille à la création de logements abordables dans le cadre du projet Ktaqmukuk Hub for Rural Homelessness — récipiendaire d’une subvention Reaching Home Indigenous NL — est habituée à aider les personnes sans abri, celles qui dorment sur le canapé d’un ami ou d’un membre de la famille, ou qui sont à risque de perdre leur logement.

« Le besoin est si grand, et j’aimerais que nous puissions faire plus que ce que nous faisons en ce moment », dit LaSaga.

Avec plus de 300 clients (un nombre qui augmente chaque jour), LaSaga a acquis une meilleure compréhension des besoins de logement des Mi’kmaq et travaille sur un nouveau projet qui pourrait profiter à tous les Mi’kmaq de la région.

Un plan issu d’une collaboration

Dirigé par la Newfoundland Alliance of Rural Mi’kmaw Nations, un amalgame de toutes les communautés et bandes Mi’kmaq rurales ou isolées identifiées sur l’île de Terre-Neuve, le projet No’kmaw Village Tenants Strategy place les locataires au centre d’un processus de planification stratégique. C’est un nouveau concept à Terre-Neuve, explique Sarah Nash, facilitatrice de la No’kmaw Village Tenants Strategy.

« Nous ne faisons que commencer. En ce moment, nous effectuons la recherche et organisons un comité de formation. Il y aura cinq chefs de bande et représentants de chaque communauté. »

Le plan consiste à recruter et à former des représentants des locataires ayant une expérience vécue de la précarité du logement et de l’itinérance, qui guideront ensuite un processus de planification stratégique participative dans cinq communautés Mi’kmaq rurales hors réserve. L’objectif final est d’établir un plan adapté aux besoins et aux ressources de chaque communauté. Tout au long du processus, les locataires seront dirigés vers les services au sein de leurs communautés d’origine.

« Nous avons de très bons partenariats avec d’autres organisations à but non lucratif qui aident les client.e.s et fournissent du soutien et des services. Nous allons parler aux gens et être au courant d’expériences directes quant aux obstacles auxquels ils sont confrontés, et nous essaierons de mettre en œuvre des moyens de surmonter ces obstacles », ajoute Nash.

Une feuille de route pour orienter les investissements, créée par des locataires autochtones qui ont vécu l’itinérance, est essentielle pour renforcer les capacités. Le Centre de transformation du logement communautaire a accordé 150 000 $ pour soutenir l’initiative.

« [La subvention] nous aide à trouver une solution aux problèmes d’accès au logement auxquels sont confrontés les locataires Mi’kmaq dans la province. À la fin de ce projet, nous aurons une très bonne idée de qui a besoin d’aide dans nos communautés », ajoute LaSaga.

Le « Dream Estate »

Le projet No’kmaw Village Tenants Strategy a été inspiré par une autre réussite de la Flat Bay Band Inc., la No’kmaw Village Rent-to-Own Housing Initiative. Ce projet pilote a été conçu il y a deux ans par LaSaga et Clifford Young dans le but de mettre un terme au combat qu’il a mené toute sa vie contre l’itinérance.

Malheureusement, Young est décédé subitement et n’a pas vu l’achèvement du projet ni réalisé son rêve d’y emménager.

L’immeuble de deux unités, qui sera bientôt nommé « Cliff’s Dream Estate », a été acheté et rénové l’an dernier. Il accueille maintenant un couple et un jeune homme, auparavant sans abri, avec divers problèmes mentaux et physiques.

« Le bâtiment n’était qu’une structure sur le chemin à côté du bureau de la bande et nous l’avons rénové en duplex », explique LaSaga.

Tout est inclus dans ces logements haut de gamme et efficaces énergétiquement, des meubles jusqu’au dentifrice, et ils sont également été équipés d’une salle de culture pour la marijuana. Le montant du loyer avec option d’achat est déterminé en fonction de l’excédent de la subvention perçu par Flat Bay Band Inc. Si une maison a coûté 200 000 $ à construire mais que la subvention a couvert 115 000 $ du coût, le locataire devient propriétaire une fois que le loyer total payé couvre la différence.

Et la proximité du bureau de bande signifie que les résident.e.s ont accès à une gamme de services et de soutien.

« Ils viennent ici pour obtenir des cartes pour la nourriture ou pour utiliser la serre, ou pour se rendre en ville pour voir le médecin dans notre fourgonnette communautaire. Nous avons aussi une petite friperie sur place, alors ils viennent et prennent  ce dont ils ont besoin. Il y a le centre de conditionnement physique, le centre de bien-être, la culture et l’artisanat. »

Et il y a d’autres initiatives de location avec option d’achat en préparation : l’une des nouvelles maisons en cours de rénovation a été attribuée à un couple qui attend un enfant, ainsi qu’à une jeune mère de deux enfants qui a récemment perdu son mari à cause d’un cancer; les deux familles étaient en situation d’itinérance.

Leçons apprises

LaSaga dit qu’il est important de construire et de rénover des maisons en fonction des besoins et du mode de vie des gens et cela ne peut se faire qu’en les impliquant dans le processus. La No’kmaw Village Tenants Strategy offre l’occasion idéale pour la participation active des locataires.

Après tout, son intention est de s’assurer que la participation et l’inclusion sociale des locataires Mi’kmaq deviennent les catalyseurs d’une stratégie qui honore les conceptions personnalisées, l’emplacement et les services communautaires pour un succès à long terme sur le marché locatif.

« Espérons que, dans le cadre de ce plan stratégique, chacune des cinq communautés autochtones possède des bâtiments qu’elle est en mesure de rénover », ajoute LaSaga. « Et nous allons leur apprendre à faire ce que nous pilotons ici. L’idée est de dire “voici les leçons apprises, voici les meilleures pratiques” et d’aider les autres communautés rurales à faire de même… ou à faire mieux. »

Photo: Comprehensive Community Plan, Qalipu First Nation

Share This