Aux prochaines élections fédérales, voterez-vous « logement »?

Une coalition d’organisations œuvrant en habitation et en lutte à l’itinérance ont joint leurs forces pour développer une campagne de sensibilisation afin de motiver les Canadiens et les Canadiennes à « voter logement » au cours des prochaines élections fédérales. La campagne a pris son envol officiel aujourd’hui.

Le message est clair : il faut mettre fin à l’itinérance et aux besoins en logement au pays. Et la prochaine campagne électorale fédérale — qui n’est toujours pas déclenchée, mais qu’on anticipe déjà — doit en tenir compte. Quatre organisations sans but lucratif — l’Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance, la Fédération de l’habitation coopérative du Canada, le Réseau canadien de leadership en matière d’expérience vécue et l’Association canadienne d’habitation et de rénovation urbainese sont ainsi regroupées pour mettre en place une campagne de sensibilisation nommée « Votez logement », qui a pris son envol officiel le 17 juin.

La campagne, qui est non partisane, cherche à mobiliser les Canadiens et les Canadiennes pour qu’ils et elles signifient aux partis politiques que leurs votes seront déterminés par les engagements qu’ils prendront quant au soutien au logement et à la lutte contre l’itinérance.

Chaque jour, 1,7 million de ménages canadiens « vivent dans un logement inabordable, surpeuplé et/ou nécessitant des réparations majeures, tandis que 35 000 Canadiens vivent l’itinérance chaque nuit », avance la coalition.

« Nous voulons montrer que nos positions sont très, très fortes. Les candidats devront être attentifs à ces questions, parce qu’il y a beaucoup d’électeurs qui les appuient. Et ultimement, le prochain gouvernement fédéral devra s’y attarder aussi », a affirmé la directrice Affaires publiques et politiques de la FHCC, Dallas Alderson, dans une présentation vidéo de la campagne.

De son côté, Zain Velji, qui dirige la campagne de sensibilisation, croit que les problématiques de l’itinérance et des besoins en logement doivent être considérées comme « incontestables ». « Le but de la campagne est que si nous établissons une coalition de Canadiens et de Canadiennes ‘’ordinaires’’ assez grande, assez bruyante […], nos problèmes deviendront incontestables, a-t-il dit dans la même présentation. [Pour s’assurer que] le logement soit au programme, qu’on ne puisse pas hésiter, qu’on ne puisse pas se trainer les pieds. »

Un plan en six points

La plateforme de la campagne s’articule autour de six points :

  • la mise en œuvre d’une stratégie pour le logement autochtone urbain, rural et nordique qui comprend des sommes spécialement dédiées et une structure de gouvernance dirigée par des Autochtones;
  • l’engagement pour la prévention et l’élimination de l’itinérance;
  • l’investissement dans la construction et l’exploitation d’un minimum de 50 000 logements avec services de soutien en 10 ans;
  • la construction et l’acquisition d’au moins 300 000 logements sociaux, coopératifs ou sans but lucratif « vraiment » abordables en 10 ans;
  • l’engagement à la concrétisation du droit au logement, notamment en impliquant des personnes ayant vécu l’itinérance dans le développement et la mise en œuvre des politiques;
  • l’élargissement des mesures d’aide au loyer pour les ménages à faible revenu afin de réduire les besoins impérieux en logement et de prévenir une vague d’itinérance résultant de la pandémie.

Plutôt que d’avoir des demandes très spécifiques, la campagne est intentionnellement guidée par des objectifs plus larges. « D’abord, nous voulons que les Canadiens et les Canadiennes se reconnaissent [dans la campagne]. Puis, nous savons que si nous établissons de façon approfondie des politiques, nous nous aliènerions probablement certains partis. Alors, en mettant de l’avant un système de valeurs, nous permettons aux partis politiques d’être flexibles et de pouvoir se projeter dans les solutions », a précisé Zain Velji.

Les actions seront menées à la fois de façon numérique et sur le terrain. Plusieurs bénévoles seront recherchés pour différentes tâches, comme du porte-à-porte (dans le respect des règles sanitaires), des appels téléphoniques, l’organisation sur les médias sociaux ou l’organisation de rencontres Zoom ou pour la planification d’activités ou la direction d’équipes de bénévoles.

Les personnes qui désirent se joindre à la campagne peuvent signer la promesse de vote sur le site web de Votez logement. Les personnes ou les organisations qui souhaitent afficher publiquement leur appui peuvent s’impliquer comme « endosseur » et offrir un témoignage, communiquer des informations sur la campagne ou distribuer du matériel de campagne à leurs contacts. Il est aussi possible de faire des contributions financières ou en nature.

« Tout le monde mérite d’avoir un chez-soi raisonnable dans ce pays. La barre n’est pas haute. Si vous pensez que c’est la base, nous vous voulons dans cette campagne », a affirmé Zain Velji.

Nos plus récents articles

Le chemin vers la réconciliation commence par l’éducation et la sensibilisation

Le chemin vers la réconciliation commence par l’éducation et la sensibilisation

Ce n’est pas un secret : le Centre a la réconciliation avec les peuples autochtones à cœur. Cela se reflète dans nos énoncés de priorités et se concrétise dans notre engagement à soutenir des initiatives qui répondent aux besoins en logement des communautés autochtones. Pour 2022, nous comptons être encore plus actifs dans cette voie. La première étape de cette démarche est d’offrir gratuitement aux acteur.rice.s du logement communautaire qui le souhaitent une formation en ligne pour approfondir leurs connaissances des Premières Nations, des Inuits et des Métis, grâce à la Société canadienne d’hypothèques et de logement, qui en défraie les coûts.

L’itinérance des femmes se vit de façon cachée, selon une étude

L’itinérance des femmes se vit de façon cachée, selon une étude

Les femmes et les personnes non binaires vivent souvent l’itinérance différemment des hommes. On sous-évalue leur nombre et elles sont sous-représentées dans la recherche de solutions. Selon une nouvelle enquête, la principale cause de cette situation serait la fin d’une relation qui les pousse, elles et leurs enfants, dans une situation de précarité face au logement.

Nos voix pour des toits : un balado pour parler du logement social et communautaire

Nos voix pour des toits : un balado pour parler du logement social et communautaire

Des locataires de deux régions du Québec utilisent le pouvoir de la baladodiffusion pour communiquer avec d’autres locataires — et le public — afin de les informer de leurs droits et du rôle du logement social et communautaire dans l’accès à des milieux de vie abordables. Avec quatre épisodes déjà diffusés, Nos voix pour des toits renforce déjà l’autonomie des locataires et leur donne une voix qui porte.

Éditorial: Le logement se trouve un chez-soi dans le cabinet Trudeau

Éditorial: Le logement se trouve un chez-soi dans le cabinet Trudeau

La nomination d’Ahmed Hussen comme ministre du Logement, de la Diversité et de l’Inclusion donne espoir quant à la volonté du gouvernement fédéral de faire bouger les choses. Mais qu’est-ce que ça signifie, au juste? Des acteurs impliqués dans le secteur du logement communautaire, notre directeur général Stéphan Corriveau et le consultant indépendant Steve Pomeroy ont réfléchi aux implications de ce changement.

Une coopérative d’habitation Net Zéro bientôt à Winnipeg

Une coopérative d’habitation Net Zéro bientôt à Winnipeg

Craignant d’être chassés de leur quartier en pleine transformation, un groupe de voisins s’est organisé et a formé sa propre coopérative. Leur passion commune pour la conception écologique jette les bases d’un écosystème de logements à consommation énergétique nette zéro et socialement inclusif.

Milton Parc : toujours mobilisé

Milton Parc : toujours mobilisé

Le secteur Milton Parc, à Montréal, possède une longue histoire de mobilisation citoyenne contre le développement de grands projets privés et pour l’habitation sociale et communautaire. Or, le combat n’est pas terminé. Le Comité des citoyen(ne)s Milton Parc continue de mobiliser la population, maintenant principalement autour du réaménagement des sites des anciens hôpitaux Royal Victoria et Hôtel-Dieu.