Des idées de projets bons pour l’environnement (et admissibles aux subventions du Centre!)

La construction et le fonctionnement des bâtiments sont responsables d’une grande partie des émissions de carbone à l’échelle mondiale. Vous êtes-vous déjà demandé comment vous pouvez faire votre part pour rendre le logement plus vert? Voici quelques idées, qui sont admissibles à une subvention du Centre, et qui peuvent vous aider à vous mettre en marche.

Alors que les scientifiques partout au monde sonnent l’alarme au sujet de l’urgence climatique depuis des années, plusieurs personnes sont encore divisées sur ce qu’il faut faire pour entraver cette tendance négative. Le consensus est cependant clair : le logement joue un rôle crucial dans la consommation énergétique mondiale.

En effet, l’énergie requise pour la construction et le fonctionnement des bâtiments est responsable de près de 40 % des émissions mondiales de CO2.

« La plus grande partie de l’énergie consommée est liée au logement; ça vient du chauffage », affirme le directeur général du Centre de transformation du logement communautaire, Stéphan Corriveau.

« Même s’il est possible de produire de l’énergie de façon plus efficace, par des éoliennes par exemple, la question n’est pas résolue. De quelle façon le parc immobilier est-il construit, entretenu et géré? Est-ce aussi efficace que nécessaire? »

Il existe des possibilités de changement : la construction écologique et des processus durables sont, lentement mais sûrement, devenus plus communs, et il y a plusieurs autres domaines où il est possible, donc nécessaire, d’agir.

« Les interventions à petite échelle sont le commencement de la transformation organisationnelle », indique la chargée de programme responsable de l’environnement au Centre, Amy Bolt.

Les projets environnementaux prennent différentes formes, et ils n’incluent pas toujours de la terre, des semences ou des panneaux solaires.

« Bien sûr, le but est d’aider les fournisseurs de logements à réduire leur empreinte environnementale », dit Bolt. « Mais il est tout aussi important d’aider les locataires à faire la même chose, à petite échelle. Il n’est pas nécessaire que chaque geste soit révolutionnaire. Nous pouvons débuter en encourageant l’utilisation d’outils existants et l’adoption de meilleures pratiques. Cela peut être assez transformateur. »

« En ouvrant simplement un espace pour la conversation, vous pourriez réaliser qu’il existe de petites interventions rentables qui ont des avantages financiers, sociaux et environnementaux. »

Cela peut être fait en formant les locataires au sujet de la gestion adéquate des déchets, en établissant un mécanisme par lequel les locataires peuvent signaler des problèmes comme des robinets qui fuient, ou en mettant en place un comité écoresponsable dirigé par les locataires.

« Si vous commencez par faire des petits pas, vous allez remarquer que les interventions de plus grande envergure vont devenir plus atteignables, peu importe la taille ou la capacité de votre organisation, ou le lieu, ou la condition de votre logement », dit Bolt.

Voici quelques initiatives qui pourraient être financées par le Centre.

Le Fonds d’initiative d’aide communautaire aux locataires

Le Fonds d’initiative d’aide communautaire aux locataires soutient des projets visant la sensibilisation et la participation des locataires par des façons de faire nouvelles ou améliorées.

1 – Formation et éducation par les locataires

Les locataires peuvent diriger des programmes de formation sur des façons d’économiser l’énergie ou mettre en place des initiatives environnementales à petite échelle dans leurs logements. Cela peut aussi comprendre la création et le suivi d’un guide de référence pour les locataires, par les locataires, indiquant comment mieux utiliser les équipements qui consomment de l’énergie, comme les thermostats, et comment reconnaître les problèmes qui devraient être signalés aux responsables des logements.

2 – Créer et gérer un groupe de locataires voué à l’écoresponsabilité

Les locataires peuvent mettre en place un comité ou un groupe de travail afin d’encourager les conversations au sujet d’interventions potentielles, et pour travailler avec les responsables des logements pour s’assurer que leurs prochaines décisions prendront en considération la durabilité de l’environnement. Ce comité/groupe de travail pourrait aussi être responsable de l’engagement sur ces enjeux dans la communauté locale, ou de trouver d’autres sources de financement possibles, comme le programme de microsubventions pour des coops plus vertes de la Fédération de l’habitation coopérative du Canada.

3 – L’engagement des locataires dans la planification et le processus de conception d’un projet de (re)développement de logements durables

Un fournisseur de logements peut se soumettre à un processus de consultation avant d’entreprendre des rénovations majeures ou une nouvelle construction, afin de d’évaluer les préoccupations, les besoins et les souhaits des locataires. Les locataires pourraient être davantage impliqués dans la conception de ce type de projet par un processus de design participatif ou des ateliers de design environnemental.

4 – Soutien au logement abordable durable

Les fournisseurs de logements communautaires, les fournisseurs de services dans le secteur et les locataires peuvent se rassembler et organiser le soutien de la communauté pour militer pour des politiques et des incitatifs concernant les rénovations écoénergétiques, la gestion appropriée des déchets, la réduction de la consommation d’énergie, etc. Tant qu’elles touchent le logement, certaines idées de projets peuvent inclure la production d’un balado (podcast) ou la formation d’un groupe jeunesse de locataires chargé exclusivement de la défense de l’environnement.

5 – Évaluations énergétiques menées par les locataires

Les locataires peuvent s’engager dans un projet participatif de recherche qui comprend l’élaboration et la mise en place d’une évaluation énergétique. Dans ce genre de projets, les locataires ont l’équipement requis pour évaluer les mesures de conservation d’énergie prises dans leur logement et ils travaillent ensemble pour identifier les enjeux principaux et pour proposer des solutions, telles que l’éducation d’autres locataires à une meilleure utilisation des appareils qui consomment de l’énergie, la mise en place d’un groupe de travail sur l’environnement, ou la planification de rénovations écoénergétiques majeures à l’aide du fonds pour le logement abordable durable de la Fédération canadienne des municipalités.

Fonds de transformation du secteur

Le volet Projets d’impact sectoriel soutient les fournisseurs de services agissant à l’échelle du secteur, les fournisseurs de logements communautaires ou tous ceux et celles qui répondent à des lacunes majeures identifiées dans le secteur du logement communautaire. Le volet Projets locaux soutient quant à lui les fournisseurs de logements à l’échelle locale, individuellement ou en petits regroupements, afin qu’ils améliorent les services à la communauté et qu’ils augmentent leur capacité organisationnelle.

1 – Démarrer un programme de services partagés

Les fournisseurs de logements locaux peuvent établir des partenariats afin de partager des services; par exemple, embaucher ensemble un.e coordonnateur.trice de projets en conservation d’énergie qui serait responsable de l’évaluation et de l’implantation de mesures d’économie d’énergie à faible coût ou à coût nul et de la recherche de possibilités de financement. La subvention du Centre pourrait servir à amorcer de tels partenariats et au démarrage de ces activités. L’argent économisé par la réduction des coûts d’activité pourrait servir à financer le ou la coordonnateur.rice après la phase de démarrage.

2 – Mettre en place un groupe d’achats

Les associations provinciales, les sociétés locales d’habitation et les grands fournisseurs de logements peuvent mettre en place une structure afin d’offrir un service d’achats à de plus petits fournisseurs. Ces organisations peuvent élaborer des plans d’approvisionnement et s’impliquer avec de plus petits fournisseurs de logements communautaires dans leur contexte local pour faire des achats groupés, par exemple, pour des toilettes à faible débit. Ce faisant, les rénovations ou modifications écologiques seront plus facilement réalisables financièrement pour des petites organisations.

3 – Mettre en place un programme incitatif pour que les locataires réduisent leur consommation d’énergie

Les fournisseurs de logements communautaires peuvent évaluer la faisabilité d’un programme incitatif pour encourager les locataires à réduire leur consommation d’énergie. Les économies réalisées sur les factures de services publics pourraient se refléter directement sur la structure des loyers des locataires ou être mises de côté dans un « fonds durable » pour mettre en place des projets choisis par les locataires, tels que la construction d’un jardin communautaire, la plantation d’arbres ou l’ajout d’espaces d’entreposage pour vélos.

4 – Mettre en place des organisations sans but lucratif en logement ou des fournisseurs de services pour le secteur

Du financement est disponible pour établir, incorporer et démarrer les activités d’un fournisseur de logements sans but lucratif, d’un fournisseur de logements coopératifs ou d’un fournisseur de services du secteur du logement communautaire.

Une attention particulière sera donnée aux groupes qui ont comme mission de réduire l’empreinte environnementale du secteur, et qui visent à répondre aux lacunes dans les services aux communautés autochtones. Par exemple, les communautés autochtones peuvent vouloir mettre en place des organisations sans but lucratif afin qu’elles puissent obtenir du financement additionnel pour planifier, construire et exploiter des logements abordables durables.

***

« Le premier pas dans le domaine de l’environnement est toujours le plus difficile, particulièrement pour les petites organisations qui n’ont pas les ressources, la confiance ou la capacité pour s’engager dans ces projets qui semblent souvent écrasants », affirme la chargée de programme du Centre responsable de l’environnement, Amy Bolt.

Elle espère que ces idées rendront les organisations sans but lucratif plus confiantes et qu’elles les inspireront à agir.

« Rassemblons-nous, résident.e.s, directions, employé.e.s, conseils d’administration, afin de partager nos expériences et de réfléchir à des projets écoresponsables créatifs et réalistes, peu importe leur envergure! »

Si vous avez des idées pour des logements plus verts que vous souhaitez réaliser, communiquez avec nous, au info@centre.support ou au 1-833-360-3967.

Nos plus récents articles

Éditorial : L’importance d’agir ensemble

Éditorial : L’importance d’agir ensemble

Cela fait deux semaines que les élections fédérales ont eu lieu. Nous ne voulons pas vraiment vous parler des résultats des élections aujourd’hui*, mais plutôt revenir sur ce que la période électorale nous a fait (re)découvrir pour faire avancer la cause du logement : l’importance d’agir ensemble.

Marginaux ou marginalisés? Pour faire avancer le débat, il faut donner une voix à la rue

Marginaux ou marginalisés? Pour faire avancer le débat, il faut donner une voix à la rue

Depuis que les villes sont soumises à des impératifs entrepreneurials et de compétition internationale, la présence des personnes en situation d’itinérance ou de marginalité est souvent vue comme un irritant. La cohabitation dans les villes est perçue comme une source de tensions. Le professeur de l’UQAM Michel Parazelli a dirigé et publié récemment un ouvrage, intitulé Itinérance et cohabitation urbaine, qui explore ces enjeux.

Un nouveau modèle de logement pour les personnes ayant des problèmes de santé

Un nouveau modèle de logement pour les personnes ayant des problèmes de santé

Il est déjà assez difficile de trouver un logement abordable quand on se fond dans la masse, mais pour les personnes qui vivent avec des problèmes de santé mentale, c’est une lutte constante. La National Affordable Housing Corporation espère que son projet Aspen Heights deviendra un modèle inspirant pour les logements avec services de soutien.

Horizon Housing : appuyer les locataires autochtones

Horizon Housing : appuyer les locataires autochtones

Une étude sur les raisons pour lesquelles les résidents autochtones d’un organisme à but non lucratif de Calgary représentent près de la moitié des « départs involontaires » (alors qu’ils ne forment que 10 % des locataires) montre que l’isolement et les stéréotypes contribuent à un sentiment d’aliénation.

Sondage : Appui massif au logement abordable et pour la fin de l’itinérance

Sondage : Appui massif au logement abordable et pour la fin de l’itinérance

Un nouveau sondage mené par la firme Nanos montre que les Canadien.ne.s — y compris les électeur.rice.s du Parti conservateur — soutiennent très fortement les partis politiques qui veulent résoudre le problème de l’itinérance et construire davantage de logements abordables. Ces informations arrivent à point, alors que le premier ministre Justin Trudeau vient d’annoncer que des élections auront lieu le 20 septembre.

Share This