Étude de faisabilité pour la Native Inter-Tribal Housing Co-operative

par | Sep 18, 2020 | Autochtone

39 983 $ du Fonds de transformation du secteur – Impact sectoriel

La Native Inter-Tribal Housing Co-operative a déjà vendu 5 bâtiments pour se maintenir à flot. Elle s’oriente maintenant vers un modèle d’affaire durable grâce à une étude de faisabilité financée par le Centre.

INTRODUCTION

Au Centre, nous pensons que le logement social fait partie des fondations d’une société démocratique. Essentiel à la réduction de la pauvreté, il répond directement aux besoins de la communauté, tout en offrant des logements en bas du prix courant. Comme plusieurs villes canadiennes qui connaissent une crise du logement, London (Ontario) lutte pour loger ses résidents à revenu faible ou modique. Elle affirme d’ailleurs avoir « des défis uniques en matière de marché du logement et de revenus » (Housing Stability for All, The Housing Stability Action Plan for the City of London, 2019–2024). Avec une liste d’attente de plus de 5 500 ménages pour des logements sociaux gérés par la municipalité et un taux d’inoccupation des logements sociaux de 0 à 1 %, la perte d’une seule coopérative d’habitation est tragique. La situation est particulièrement difficile pour les Autochtones.

Avec 18 % de la population autochtone urbaine de l’Ontario en situation de besoins impérieux, une proportion plus élevée de familles monoparentales dirigées par une femme et des revenus de ménage inférieurs de 34 % à ceux du reste de la population, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi les Autochtones représentent plus de 29,6 % des personnes itinérantes à London. En outre, le taux de roulement du petit nombre de logements dédiés aux autochtones reste faible. Les trois fournisseurs de logements autochtones de la ville indiquent que les familles peuvent attendre cinq ans ou plus pour qu’un logement approprié soit disponible.

« Nous sommes heureux d’annoncer que nous avons accordé 39 983 $ à la Native Inter-Tribal Housing Co-operative pour entreprendre une étude de faisabilité évaluant le besoin de soutien pour maintenir le logement autochtone à London, Ontario, » affirme Stéphan Corriveau, Directeur général du Centre de transformation du logement communautaire.

L’ORGANISME

La Native Inter-Tribal Housing Co-operative a été créée en 1983 en réponse à la discrimination dont les autochtones sont victimes lorsqu’ils cherchent un logement. Son objectif est de fournir un logement sûr, adéquat et abordable aux Autochtones de London.

LE PROJET

En 2015, à l’expiration des accords d’exploitation pour les 30 premières unités acquises dans le cadre du Programme de logement des Autochtones en milieu urbain, la Native Inter-Tribal Housing Co-operative a dû annuler le loyer établi en fonction du revenu pour ces unités et augmenter les loyers de plus de 100 %. Les familles qui n’avaient pas les moyens d’absorber les augmentations ont été déplacées, ce qui a causé des perturbations et des difficultés. Rien que l’année dernière, la coopérative a dû vendre 5 bâtiments pour reconstituer ses liquidités et effectuer les réparations nécessaires sur d’autres logements.

Le dernier de leurs accords d’exploitation sera échu en 2029. Si l’organisme ne transforme pas ses activités et ne trouve pas de solutions, les perspectives de viabilité à long terme semblent extrêmement sombres. Il est fort probable que les logements seront vendus et que de nombreux membres, locataires autochtones qui ont un besoin impérieux de logement, se retrouveront sans abri ou seront contraints de vivre dans des logements surpeuplés et inadéquats.

« Nous avons décidé d’entreprendre une étude de faisabilité pour évaluer la nécessité d’un soutien au maintien des logements autochtones. Les objectifs spécifiques sont d’évaluer les conditions requises pour que la coopérative fonctionne sur une base durable et d’examiner les possibilités, le cas échéant, de fusionner avec une autre coopérative, » explique un représentant de la Native Inter-Tribal Housing Co-operative.

« L’étude de faisabilité proposée permettra d’entreprendre les recherches et analyses nécessaires, d’explorer les modèles financiers et de démontrer la nécessité d’un soutien pour préserver et maintenir le parc de logements autochtones. Cette évaluation contribuera à prévenir la perte d’autres logements dans l’avenir. »

L’IMPACT

Le soutien du Centre aura un impact sur plus d’une organisation. La participation d’une firme de consultant facilitera certainement le processus. Contribuer à ce projet permettra de répondre à l’urgence d’arrêter l’hémorragie de logements abordables pour cette organisation dirigée par des Autochtones.

Deux autres organisations étudient la possibilité d’une fusion ou d’un regroupement, ce qui pourrait avoir un effet positif sur plus d’une centaine de logements autochtones. En ce sens, cette proposition apportera des connaissances utiles aux acteurs du logement autochtone à London.

« De nombreuses unités développées dans le passé ont été construites comme des maisons unifamiliales. Ces maisons, qui ont maintenant plus de 30 ans, sont plus difficiles et coûteuses à entretenir que des multiplex. Nous espérons que la réflexion menée par Native Inter-Tribal Housing Co-operative pourra répondre à cette problématique et inspirer d’autres organisations faisant face aux mêmes enjeux », souligne Luc Label, le responsable de programme en charge du projet.

LES PARTENAIRES

First Nations’ Housing Co-operative et Atlohsa Family Healing Services

Share This