Réactions positives à la deuxième ronde du programme de logement abordable ICRL

Le gouvernement fédéral a annoncé le 30 juin dernier qu’il allouait 1,5 milliards de dollars pour la deuxième ronde de l’Initiative pour la création rapide de logements. Cette nouvelle édition du programme, qui tient compte de certaines suggestions faites à la suite de la première ronde de financement, a été bien accueillie par des acteurs du logement communautaire, même s’ils souhaitent que l’initiative soit instaurée de façon permanente. 

L’annonce, le 30 juin, du gouvernement fédéral ajoutant 1,5 milliard de dollars à son Initiative pour la création rapide de logement a été applaudie par les dirigeants des groupes de logement canadiens, y compris le Centre de transformation du logement communautaire. 

Lors du dévoilement des détails de cette deuxième ronde, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que « les Canadiens ne devraient pas avoir à choisir entre payer leur loyer ou se nourrir. En continuant de réaliser d’importants investissements dans le logement abordable, nous pourrons créer de nouveaux emplois, faire croître la classe moyenne et renforcer nos communautés. » 

Hope Jamieson, qui a piloté les efforts déployés par le Centre pour aider les organismes de partout au pays à présenter des demandes dans un délai très serré l’automne dernier, affirme que le renouvellement est essentiel.  

« Au cours de la première phase de l’ICRL, le Centre a été en mesure d’appuyer 45 organismes grâce à un financement de près de 1,7 million de dollars pour [qu’ils soumettent] des demandes solides dans un délai très court », souligne-t-elle. « Cela prouve qu’avec le soutien organisationnel approprié, le secteur est en mesure et disposé à répondre à l’appel pour aider à résoudre la crise du logement abordable au Canada ». 

« Le grand nombre de demandes pour la première ronde de l’ICRL témoigne de l’ampleur des besoins dans notre pays, et je suis heureuse de voir cette réalité reconnue par une deuxième ronde », ajoute Jamieson. 

Le premier programme ICRL a été lancé à la fin d’octobre 2020 avec un budget de 1 milliard de dollars pour la construction de 3 000 logements en une année. Les groupes avaient jusqu’au 31 décembre pour présenter une demande. 

Mais les demandes de l’ICRL soumises à la SCHL dépassaient de loin le budget initial. Pour les 500 millions de dollars alloués au volet « projets » (l’autre 500 millions de dollars était destiné aux municipalités), la SCHL a reçu des demandes de 670 groupes totalisant 4,2 milliards de dollars, soit plus de huit fois l’enveloppe budgétaire. 

Ottawa a doublé le volet des projets pour le porter à 1 milliard de dollars cette fois-ci, et les projets qui n’ont pas été sélectionnés en 2020 seront réexaminés cette fois-ci.  

Le volet municipal reçoit une fois de plus 500 millions de dollars, mais le nombre de villes admissibles est passé de 15 à 30, et les villes qui ont les besoins les plus criants en matière de logement sont prioritaires. 

On compte aussi parmi les nouveautés des changements qui avaient été demandés par l’Association canadienne d’habitation et de rénovation urbaine après la première ronde, notamment au sujet de critères moins restrictifs pour le type de construction admissible et d’échéanciers plus longs pour les projets dans les régions nordiques du Canada. De plus, au moins 25 % des logements approuvés doivent concerner des « ensembles résidentiels ciblant les femmes ». 

Le ministre « adore » l’ICRL 

Le directeur général de l’ACHRU, Jeff Morrison, a dit au Centre que ses membres sont « heureux que le gouvernement fédéral ait dévoilé les détails de la deuxième ronde de financement dans le cadre de l’Initiative pour la création rapide de logements, et qu’il ait intégré plusieurs changements au programme déterminés par les membres de l’ACHRU. 

« Bien que le montant cumulatif de 2,5 milliards de dollars offert dans le cadre de l’ICRL soit le bienvenu et mènera à la création de milliers de nouveaux logements abordables, dit-il, nous encourageons le gouvernement fédéral à faire de l’ICRL un programme permanent, avec un financement prévisible et stable à long terme. » 

Jamieson est d’accord. « J’espère que le gouvernement continuera de travailler avec le secteur du logement communautaire afin de poursuivre et de peaufiner le programme et d’aider les fournisseurs de logements communautaires à faire ce qu’ils font le mieux, c’est-à-dire répondre aux besoins uniques de leur collectivité en matière de logement sécuritaire, adéquat et abordable. » 

Le ministre fédéral responsable du logement, Ahmed Hussen, semble également être d’accord. Dans une entrevue accordée à la Presse canadienne, il avait déclaré : « J’adore ce programme et j’espère que nous pourrons trouver des moyens de continuer à le soutenir ». 

Nos plus récents articles

Le pouvoir aux locataires : ACORN célèbre d’importantes victoires

Le pouvoir aux locataires : ACORN célèbre d’importantes victoires

Certaines personnes peuvent avoir de la difficulté à se rappeler ce que l’acronyme ACORN signifie, mais il ne fait aucun doute que l’organisme de défense du droit au logement est à la source de gains majeurs pour les locataires partout au Canada, à travers le travail de ses 24 chapitres de quartier.

Community Affordable Housing Solutions à Toronto : « Nous sommes plus forts ensemble »

Community Affordable Housing Solutions à Toronto : « Nous sommes plus forts ensemble »

L’OSBL Community Affordable Housing Solutions est un exemple de multiples collaborations. Il résulte d’efforts menés par un groupe communautaire de Toronto qui a lutté pour du logement abordable dans le secteur Bloor Dufferin; efforts qui ont abouti en une entente entre un promoteur immobilier, la Ville de Toronto et le groupe communautaire. Puis, il est le fruit de la synergie entre Habitat for Humanity GTA, la St. Clare’s Multifaith Housing Society et la Fédération de l’habitation coopérative du Canada dans le but de mettre en place une fiducie foncière et d’administrer les sommes obtenues par cette entente.

Consolider l’industrie de l’habitation des Premières Nations, un membre à la fois

Consolider l’industrie de l’habitation des Premières Nations, un membre à la fois

Travailler comme gestionnaire de logements auprès des Premières Nations est gratifiant, mais ce n’est pas une mince tâche. L’habitation dans les communautés des Premières Nations présente des réalités uniques avec lesquelles ces gestionnaires doivent composer. C’est pourquoi, depuis 2019, l’Association des professionnels de l’habitation des Premières Nations cherche à professionnaliser cette carrière et à offrir son soutien à ces travailleurs et travailleuses, partout au pays.

WoodGreen : Un plan et des partenariats pour soutenir la croissance

WoodGreen : Un plan et des partenariats pour soutenir la croissance

WoodGreen Community Services, à Toronto, a un plan ambitieux : construire 2000 logements abordables en 10 ans. Pour pouvoir s’attaquer à ce défi, l’organisation sans but lucratif fondée en 1937 s’est tournée vers le Centre de transformation du logement communautaire pour l’aider à se donner les ressources nécessaires.

Nous cherchons tous et toutes notre place

Nous cherchons tous et toutes notre place

Nous avons récemment discuté avec Margaret Pfoh, qui est Tsimshian du clan de l’Aigle de la Première Nation Gitga’at, au sujet de l’itinérance chez les Autochtones. Margaret s’est jointe au secteur du logement sans but lucratif il y a 25 ans et a été P.-D.G. de la Aboriginal Housing Management Association pendant trois ans. Elle est aussi membre du conseil d’administration du Centre de transformation du logement communautaire. Pendant ce mois national de l’histoire autochtone, nous voulions faire connaître à nos lecteurs ses observations sur d’autres sujets, dans cette entrevue éditée.

Share This