Toronto : La COVID-19 empire la situation financière des locataires

Nov 20, 2020 | actualités inclusion sociale

Le rapport Who’s Hungry de 2020 établit un lien clair entre l’insécurité alimentaire et les coûts exorbitants du logement, en plus d’analyser les conséquences de la COVID-19 sur la fréquentation des banques alimentaires.

Selon une étude, plus de la moitié des Canadiens vit d’une paye à l’autre, alors que la gestion des dettes constitue déjà une préoccupation pour de nombreux ménages. De plus, la pandémie de COVID-19 a mené beaucoup de ménages à la limite de leurs capacités financières. L’ensemble des secteurs de l’économie ont été bouleversés, comme le tourisme et la restauration, entraînant une perte massive d’emplois. Bien que des programmes d’aide financière aient été rapidement et efficacement mis en place, 2000 $ par mois ne suffisent pas à subvenir à tous les besoins de base dans certaines villes comme Toronto, où les coûts de la vie et de l’hébergement sont élevés. En fait, la pandémie a exacerbé la précarité des utilisateurs de banques alimentaires, dont la grande majorité vivait déjà dans une extrême pauvreté.

Depuis deux décennies, le Daily Bread Food Bank et le North York Harvest publient le rapport Who’s hungry qui trace un portrait de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire des clients des banques alimentaires.

L’année 2020 est hors comparaison : les répercussions de la COVID-19 ont été immédiatement ressenties avec une augmentation de 58 % de la fréquentation des banques alimentaires en juillet et août. 76 % des nouveaux clients ont déclaré avoir commencé à utiliser les banques alimentaires depuis le début de la pandémie ou après la perte de leur emploi ; 38 % d’entre eux appréhendaient en plus une éviction dans les mois à venir.

Se nourrir ou se loger

Le rapport établit un lien clair entre l’insécurité alimentaire et les coûts du logement : le loyer représente une des trois principales dépenses pour lesquelles les gens démunis manquent des repas. 56 % de la clientèle n’a pas les moyens de manger et de se loger à la fois.

Neil Hetherington, président-directeur général de Daily Bread Food Bank et Ryan Noble, directeur général de North York Harvest, partagent leurs inquiétudes dans la préface : « Ce rapport démontre la nécessité d’une police publique robuste qui assurerait un minimum de revenus afin que tous et toutes puissent se payer de la nourriture et un logement adéquat ».

L’enquête souligne que 73 % des ménages consacrent au moins 30 % de leurs revenus au loyer. Cette proportion grimpe à 96 % chez les locataires du marché privé (logements non subventionnés) dont 83 % risquent fortement l’itinérance et requièrent un soutien immédiat.

Mais le coût trop élevé du logement n’est pas le seul problème. Les répondants vivent dans des logements en mauvais état, surpeuplés et infestés par des insectes ou des rongeurs. De plus, un logement sur cinq n’a pas de cuisine ou d’électroménagers, comme un poêle, un réfrigérateur ou un congélateur, ce qui affecte la sécurité alimentaire. 

D’autres résultats

Le rapport montre également que l’insécurité alimentaire touche davantage les ménages noirs et autochtones, avec respectivement 28,9 % et 28,2 %. « Pendant que nous cherchons à améliorer la situation, écoutons les personnes en situation de pauvreté qui réclament une société plus juste où tout le monde peut prospérer », revendiquent Hetherington et Noble. « Nous pouvons faire de l’emploi une solution à la pauvreté ; nous pouvons obtenir des logements abordables pour tous ; nous pouvons éliminer l’extrême pauvreté. Nous sommes à la croisée des chemins et avons une occasion unique de créer des communautés justes et prospères où chacun a droit à la nourriture et au logement ».

Des milliers de ménages se retrouvent entre la survie et la misère profonde. La pandémie de COVID-19 rappelle que nous faisons tous partie du même tissu social ; le logement n’est qu’un maillon de cette chaîne, alors quand la situation se détériore, davantage de vies se dégradent. Vous trouverez le rapport complet ici (disponible en anglais seulement).

La défense des droits en logement bientôt autochtonisée à Calgary

La défense des droits en logement bientôt autochtonisée à Calgary

Dans le domaine du logement, les réalités autochtones sont souvent ignorées ou mal comprises dans la culture occidentale, et ce, même dans les programmes de défense des droits comme ceux de Rent Smart, qui visent à former et habiliter les locataires. Le Aboriginal Friendship Centre of Calgary réconcilie ces deux mondes en adaptant un programme de Rent Smart afin de faire une place aux cultures et valeurs autochtones.

Éditorial : Le « pas dans ma cour », un phénomène coûteux

Éditorial : Le « pas dans ma cour », un phénomène coûteux

Alors que les annonces des projets qui ont été acceptés dans le cadre de l’Initiative pour la création rapide de logements ont fait les manchettes presque quotidiennement depuis la mi-mars, et que les besoins en logement ont pris les proportions d’une véritable crise, le syndrome du « pas dans ma cour » dans les communautés où ils s’implantent pourrait avoir des conséquences sérieuses.

L’ONPHA au travail avec des fournisseurs autochtones pour plus de logements et d’autonomie

L’ONPHA au travail avec des fournisseurs autochtones pour plus de logements et d’autonomie

L’Ontario Non-Profit Housing Association a établi des cibles ambitieuses dans son plan pour s’attaquer aux besoins en logement des Autochtones. Alors qu’un Autochtone sur quatre en Ontario vit dans la pauvreté, le logement abordable est considéré comme un moyen important pour atténuer les difficultés vécues par tant de personnes des communautés des Premières Nations, Métisses ou Inuites, dans les réserves et à l’extérieur de celles-ci.

Itinérance et santé: Le conte de deux quartiers

Itinérance et santé: Le conte de deux quartiers

Le médecin torontois Sandy Buchman, spécialisé dans les soins palliatifs, veut, à l’occasion d’une discussion présentée au congrès 2021 de l’ACHRU, attirer l’attention sur l’importance qu’ont les facteurs sociaux sur la santé. Car la pauvreté, comme la discrimination ou l’exclusion, exerce une influence majeure sur la santé des personnes.

Share This